Archives pour la catégorie SQL Server 2000

Magic Quadrant for Operational Database Management Systems 2016

Qui est leader dans les bases de données en 2016 ?

Selon l’étude 2016 du groupe Gartner au sujet des bases de données opérationnelles d’entreprise (OPDBMS), Microsoft est le n°1 sur les deux axes de mesure : facilité d’utilisation et visionnaire.

Source : Gartner - Magic Quadrant for Operational Database Management Systems 2016

Source : Gartner – Magic Quadrant for Operational Database Management Systems 2016

Microsoft détient l’un des systèmes de bases de données relationnelles les mieux conçu, les plus utilisés et le plus fiable avec SQL Server, incorporant un moteur « in memory » (IMDBMS).
Mais il se trouve que Microsoft est aussi le numéro deux du cloud derrière Amazon (Azure SQL Database).
Il offre aussi différentes technologies complémentaire de type NoSQL avec Azure DocumentDB (un SGBD de type « document ») et Azure Tables (un SGBDR de type paire clef/valeur).
Très présent dans le cloud, y compris de manière hybride (une base SQL Serveur locale peut avoir une partie de ses données dans le cloud via le concept de « stretch tables« ), Microsoft offre aussi de nombreuses possibilité analytiques ou mobile.

Pour la troisième année consécutive Mictrosoft est numéro 2 en part de marché sur le plan financier, derrière Oracle dont le Gartner Group a remonté comme point négatif de l’étude, les problèmes de coûts, de complexité de licences et noté un rapport qualité prix jugé négatif par les clients.

Mais ce qui fait la force de Microsoft depuis toujours, et celle en particulier de ses solutions de bases de données, c’est la facilité d’utilisation (l’un des meilleurs scores de l’étude) et de migration de version (80% des clients ont trouvés que la migration des bases était plus facile que prévue ou autant que prévu)…

Les seuls problèmes pointés du doigt de manière négatives par le Gartner Group sont exclusivement celles liées au marketing, canaux de vente et distribution des solutions Microsoft ou l’éditeur reste encore perçut par certains comme un acteurs pour de petites solutions…
Finalement aucune critique technique ni financière ne vient ternir l’image d’excellence de Microsoft dans le domaines des bases de données d’entreprise ce qui tend à prouver que ce classement de leader est largement mérité !

***

Frédéric Brouard, alias SQLpro, ARCHITECTE DE DONNÉES
Expert  S.G.B.D  relationnelles   et   langage  S.Q.L
Moste  Valuable  Professionnal  Microsoft  SQL Server
Société SQLspot  :  modélisation, conseil, formation,
optimisation,  audit,  tuning,  administration  SGBDR
Enseignant: CNAM PACA, ISEN Toulon, CESI Aix en Prov.

L’entreprise SQL Spot
Le site web sur le SQL et les SGBDR

MVP Microsoft SQL
Server

Un DATEDIFF amélioré

La fonction DATEDIFF retourne un entier de type INT. Cependant cela ne suffit pas dans certaines cas : granularité de calcul trop fine (milliseconde par exemple) ou plages de valeurs trop étendues. La fonction F_DATEDIFF_BIG répond a cette problématique en vous offrant une valeur de sortie sous forme de BIGINT.
Lire la suite

Calcules de durée en jour avec des mois comptables de 30 jours

À la suite d’une demande du forum, je me suis penché sur le calcul de durée en jour avec des mois comptables de 30 jours. Comme d’habitude il faut passer par une table de date !
Lire la suite

Algorithme de placement optimal d’une ressource, compte tenu de la distance et de la population cible (Dijkstra)

La recherche d’un placement optimal sur un graphe composé de nœuds et d’arcs est similaire à un calcul de plus court chemin mais doit prendre en considération des poids supplémentaires, ici, la population de chaque nœud. L’ensemble est réalisé par des procédures Transact SQL dans une base dédiée à ce type de calcul pour MS SQL Server (toutes versions depuis 2000).
Lire la suite

Pourquoi la clause ORDER BY… est-elle interdite au sein d’une requête ?

Certains développeurs pensent naïvement pouvoir mettre une clause de tri ORDER BY un peu partout dans une requête. Il n’est est rien. Une clause ORDER BY ne peut figurer que comme dernière lignes d’une requête de type SELECT. Même si vous pouvez parfois l’écrire à l’intérieur de certaines requêtes (certains SGBDR ne râlant même pas sur cette inadmissible faute) elle sera au mieux ignorée et au pire peut donner des résultats incohérent… Mais pourquoi ?
Lire la suite