SQL Saturday 510 – Locks, latches et spinlocks – Les slides

Mis en avant

Cette année les gens ont encore répondu présent au SQLSaturday à Paris qui devenu incontournable pour ceux qui aiment échanger autour de la donnée avec les produits Microsoft. Par ailleurs, le temps a plutôt été au rendez-vous cette année et la vue depuis le 40ème étage de la tour Montparnasse est toujours aussi impressionnante.

Pour ma part, j’ai eu le plaisir d’animer une session en fin de journée sur la concurrence d’accès mais vu depuis SQL Server avec 3 principaux mécanismes utilisés comme les locks, latches et spinlocks.

> Lire la suite

David Barbarin
MVP & MCM SQL Server

Renouvellement MVP et prochain événement SQLSaturday à Paris

Mis en avant

1er avril 2016, renouvellement MVP Data Plateform effectué (et pas de poisson d’avril). Une bonne nouvelle pour moi et un grand merci à Microsoft et à la communauté SQL Server.

L’histoire continue donc et je voudrais partager avec vous les prochaines sessions que j’aurais l’occasion d’animer à ce prochain événement qui se déroulera les 25 et 26 avril 2016.

> Lire la suite (anglais)

David Barbarin
MVP & MCM SQL Server

SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL READ COMMITTED et NOLOCK = pas de verrous ?

Mis en avant

Chez un de mes clients on est venu me dire la chose suivante : visiblement lorsque j’utilise le hint NOLOCK ou un niveau de transaction READ UNCOMMITED lorsque j’exécute une requête je vois quand même des verrous posés sur mes tables alors que je croyais le contraire et du coup ma requête en lecture doit bloquer les mises à jour … A cela j’ai répondu : la vérité est ailleurs Sourire

Plus sérieusement, la bonne question à se poser est la suivante : est-ce que le fait d’utiliser un hint NOLOCK ou un niveau de transaction permettant la lecture sale veut dire que aucun verrou n’est posé ?

 

Pour répondre prenons un exemple simple avec une requête dans la base de données AdventureWorksDW2012 :

SELECT *  
FROM dbo.FactInternetSales AS f  
CROSS JOIN dbo.FactInternetSales AS f2

 

Voyons les verrous posées par cette requête à l’aide de la DMV sys.dm_tran_locks :

SELECT  
 resource_database_id,    
 resource_type,  
 resource_subtype,    
 request_mode,  
 request_type,    
 request_status,    
 request_owner_type    
FROM sys.dm_tran_locks    
WHERE request_session_id = "session"

 

icon_arrow Avec un niveau d’isolation de transaction en read committed (niveau d’isolation par défaut) :

image

 

icon_arrow  Avec un niveau d’isolation de transaction en read uncommitted :

image

 

On voit d’abord que le niveau d’isolation de transaction en mode read uncommitted ne veut pas dire qu’il n’existe plus de verrou. Le 1er verrou (de type SHARED_TRANSACTION_WORKSPACE) nous intéresse moins ici car c’est un verrou posé lorsqu’il existe une connexion sur une base de données (en l’occurence database_id = 6 ici). Cela permet de protéger la base de données contre les suppressions accidentelles par exemple lorsqu’il existe une connexion sur cette dernière.

Les verrous suivants sont plus intéressants dans notre cas. On voit que la différence notoire est qu’il existe des verrous de type IS et type S dans un cas (read committed) et plus de verrou de ce type dans l’autre cas  (read uncommitted). Le niveau d’isolation de transaction par défaut utilisé par SQL Server garantit une lecture propre des données c’est la raison pour laquelle il existe des verrous de type S et IS à différents niveaux (OBJECT et PAGE) . Avec le niveau d’isolation permettant de la lecture sale ces verrous n’existent évidemment plus mais d’autres verrous existent cependant comme celui que l’on voit dans la dernière image : verrou de type Sch-S. Ce verrou protège la table contre les modifications pendant qu’une lecture est effectuée même si celle-ci n’est pas propre.

 

Faisons le même test avec une table HEAP (sans index cluster) avec la requête suivante :

SELECT *  
FROM dbo.DatabaseLog AS f    
CROSS JOIN dbo.DatabaseLog AS f2

 

… et voyons les verrous posées :

icon_arrow Avec un niveau d’isolation de transaction en read committed (niveau d’isolation par défaut) :

image

 

icon_arrow  Avec un niveau d’isolation de transaction en read uncommitted :

image

 

La aussi on peut voir qu’avec les verrous de type S ne sont plus présents sur les objets de type PAGE ou OBJET avec un niveau d’isolation de transaction en read uncommitted.  On a néanmoins un type de verrou supplémentaire que l’on n’avait pas  avec une table possédant un index cluster à la ligne 2 (resource_type = HOBT et resource_subtype = BULK_OPERATION). Ce type de verrou n’est présent que sur les tables HEAP pour protéger les lectures contre les pages potentiellement mal formatés via des opérations BULK (merci à Paul Randal pour la précision).

 

On vient donc de voir que la lecture sale sur SQL Server engendrait certains types de verrous. Cependant on peut pousser le raisonnement plus loin. Qui dit verrou veut dire aussi latch pour accéder aux structures physiques en mémoire … on peut essayer de voir si une requête avec un niveau d’isolation en read uncommitted produit des latchs. Pour cela on peut utiliser la DMV sys.dm_os_waiting_tasks comme ceci :

-- Création à la volée d'une table temporaire pour les tâches en attente    
SELECT TOP 1 *  
INTO #waiting_tasks    
FROM sys.dm_os_waiting_tasks;    
GO

-- On vide la table avant le test  
TRUNCATE TABLE #waiting_tasks;    
GO

-- Récupération des tâches en attente générées par la requête de test    
WHILE 1 = 1    
BEGIN    
 INSERT #waiting_tasks    
 SELECT *    
 FROM sys.dm_os_waiting_tasks    
 WHERE SESSION = "session"  
END

 

En parallèle la requête suivante est lancée :

SELECT *  
FROM dbo.DatabaseLog AS f  
CROSS JOIN dbo.DatabaseLog AS f2

 

Après avoir lancé une des requêtes avec un niveau d’isolation de transaction en read uncommitted on peut constater que cette dernière a effectivement générée des latchs de type SH dans notre cas :

image

 

On peut regarder à quel objet appartient la page 154 par exemple :

DBCC TRACEON(3604);  
GO    

DBCC PAGE(6, 1, 154) WITH TABLERESULTS;    
GO

 

image

image

 

Pour conclure l’idée que l’utilisation de la lecture sale avec SQL Server ne génère pas de verrous est faussée. Certains les verrous de type S pouvant gêner les écritures sont absents mais  on a pu constater au cours de ce billet que d’autres types de verrous étaient et bien présents ainsi que des latchs pouvant même aboutir à une potentielle contention !!

Bonne utilisation de lecture sale Sourire 

David BARBARIN (Mikedavem)
MVP SQL Server